L’Approche Systémique Stratégique

 

L’Approche Systémique Stratégique est une méthode de résolution des problèmes humains développée initialement par le Mental Research Institute de Palo Alto, en Californie (l’Ecole de Palo Alto), puis développée par de nombreux praticiens, en particulier l’Université d’Arezzo, en Italie. Elle s’inscrit dans la logique des thérapies brèves.

Le principe de l’approche

Nous rencontrons tous des difficultés dans notre vie quotidienne, et la plupart du temps nous les résolvons efficacement. Cependant, de temps en temps, il y a des difficultés pour lesquelles la solution que nous appliquons n’est pas efficace. Peut s’installer alors un cercle vicieux, dans lequel nous tentons de faire « plus de la même solution », ce qui alimente le problème.

Par exemple :

  • Une mère se plaint que son enfant ne travaille pas. On découvre qu’elle force son enfant à travailler, qu’elle en fait trop, et que finalement l’enfant en est dégoûté.
  • Une personne « timide » s’isole de peur de ne pas savoir comment se comporter avec les autres. Mais moins elle rencontre de gens, plus elle a peur.
  • Une personne se croit victime de discrimination. Elle proteste donc contre ce qu’elle croit subir, ce qui provoque le rejet des autres personnes, excédées.

Le principe de l’approche est de rompre avec le cercle vicieux, et d’amener le patient à changer radicalement son point de vue sur le problème à travers des expériences concrètes minutieusement choisies. Il se produira ainsi une Expérience Émotionnelle Correctrice, qui marquera de façon durable le changement.

Ainsi :

  • Un étudiant qui se croyait méprisé par son maitre de stage découvre que ce dernier à des préoccupations importantes qu’il ignorait, en observant de façon attentive le comportement du maitre de stage.
  • Une jeune femme phobique transforme sa phobie en faisant des recherches sur l’objet de sa phobie.
Copyright : Karel Miragaya - 123RF

Comment se déroule une thérapie

Après avoir déterminé clairement l’objectif à atteindre, une thérapie se déroule en général en 5 grandes étapes :

  1. Exploration des différentes facettes du problème, et de son contexte.
  2. Exploration des solutions mises en œuvre.
  3. Mise en place d’expériences nouvelles entre les séances…
  4. … qui permettent les Expériences Emotionnelles Correctrices.
  5. Consolidation

Quelques caractéristiques de l’approche

C’est une thérapie active, centrée sur le présent, et la compréhension
de la dynamique du problème :

  • La thérapie recherche la dynamique du problème (comment il se maintient)
    plutôt que ses causes ;
  • La thérapie se base sur des tâches à exécuter
    en dehors des séances de thérapie (les prescriptions) ;
  • Ces tâches font entrer la thérapie dans la vie courante ;
  • Il peut être fait appel en cas de besoin à d’autres personnes que le patient ;
  • C’est un travail d’équipe (les séances sont enregistrées et le travail est supervisé).

Le changement stable vient de la conjonction des changements émotionnels,
cognitifs, relationnels et comportementaux.
Il intervient en général assez rapidement (moins de 6 séances en moyenne).

 Quelques chiffres

L’Approche Systémique Stratégique est toujours l’objet de recherches, visant à l’améliorer.  Le programme Syprène, donne les résultats suivants, classés par typologies de cas :

 

Cas traités Améliorés Résolus Réussite
Conflits 14,6 64,6 79,2%
Confiance en soi 25,8 54,8 86,6%
Troubles anxieux généralisés 13,6 54,5 68,2%
Problèmes relationnels dans la famille 29,4 58,8 88,2%
Problèmes relationnels dans le couple 20,0 66,7 86,7%
Problèmes relationnels dans l’entreprise 33,3 66,7 100,0%
Attaques de panique 8,3 75,0 83,3%
Épuisement, fatigue 9,1 81,8 90,9%
Burnout 9,1 90,9 100,0%

Nombre de moyen séances par cas : 5,5

Copyright : Karel Miragaya - 123RF

Les indications

Les indications de l’approche sont nombreuses, et potentiellement presque tous les problèmes psychologiques et de relations humaines peuvent être efficacement traités avec l’Approche Systémique Stratégique, qu’ils soient personnels, de couple, familiaux, scolaires ou en entreprise.

Voici néanmoins une liste (non exhaustive) de problèmes susceptibles d’être au moins améliorés grâce à l’approche :

 

  •  Troubles liés à la peur : Phobies, obsession, TOCs, compulsions, attaques de panique, hypocondrie, doute pathologique…
  • Troubles de l’humeur : Dépression, burn-out…
  • Troubles alimentaires :Anorexie, boulimie, vomiting…
  • Troubles liés à l’imagination : Paranoïa…
  • Enfants, adolescents, couples, familles : Phobies scolaires, problèmes de comportements, scolaires, relationnels, familiaux, deuil…
    Problèmes de communication, relationnels, sexuels, infidélité, relations avec la belle famille, les ex conjoints, relations aux enfants…
  • Confiance en soi
  • Problèmes relationnels : Timidité, conflits, incompréhensions…
  • Vie professionnelle : Burn-out, harcèlement, relations professionnelles, dynamique d’équipe, conflits…

 

Exemples de cas traités

Afin de compléter la compréhension, voici quelques exemples de cas réels que j’ai accompagnés avec succès :

  • Une jeune fille est déscolarisée depuis 2 ans. Elle passe la majeure partie de son temps sur Internet, et a de plus en plus peur de sortir de chez elle.
  • Un étudiant manque ses cours d’école d’ingénieur de plus en plus longtemps. Quand il a manqué un cours, il est paniqué à l’idée de reprendre contact avec son école.
  • Un étudiant est persuadé que son entourage le méprise. Il s’efface de plus en plus, et cherche à se faire oublier.
  • Une jeune femme divorce et elle a peur de rencontrer son ex-mari, ce qui pénalise sa procédure de divorce.
  • Un homme est persuadé que son voisinage le harcèle.
  • Un homme vit reclus dans son appartement. Il a peur de rencontrer des gens et de devoir leur parler.
  • Une femme est claustrophobe et refuse de prendre l’ascenseur, l’avion, ou de rester dans une pièce qu’elle trouve trop petite.
  • Une femme est prise de crises de boulimie qu’elle n’arrive pas à « contrôler ».
  • Un étudiant peut difficilement sortir de chez lui, développe une vie « sociale » sur Internet mais est incapable de nouer des relations dans la vraie vie.
  • Une femme est tyrannisée par son mari et ne sait pas comment reprendre de l’autonomie.